Historique

Historique

Historique

Que de chemin parcouru en 40 ans !

Que de chemin parcouru en 40 ans ! De l‘idée lancée par quelques-uns à la fin des années 1970 à une réalité pour des dizaines de milliers de membres en 2019, la Coopérative funéraire de l’Outaouais (CFO) s’est imposée dans un secteur où de puissants concurrents privés ne laissaient aucune place. Son succès a dépassé toutes les attentes, et la CFO occupe aujourd’hui 80 % du marché des services funéraires dans la région. Voici quelques jalons de son histoire de quatre décennies.

1975

Les Québécois dépensent 144 millions $ pour leurs morts. Le coût moyen des services funéraires au Québec est de 18 % plus élevé que dans l’ensemble du Canada.

1978

En février, le Centre d’amitié de Gatineau, un centre de jour pour personnes âgées, organise un colloque qui aborde, entre autres, le problème des frais funéraires élevés.

Par la suite, le CLSC Le Moulin, avec l‘appui du CLSC de Hull, fait de la mise sur pied d‘une coopérative funéraire un dossier prioritaire qui sera confié aux organisateurs communautaires Jacques Carrière (Gatineau) et Francine Lepage (Hull).

1979

En janvier, un comité « promoteur » est formé. Celui-ci convoque une rencontre publique pour le 29 mars, au cours de laquelle une vingtaine de personnes acceptent de siéger à un conseil provisoire qui jettera les bases de la Coopérative funéraire de l’Outaouais.

Une campagne de recrutement de membres débute, avec un objectif de 1000 membres. Une équipe de plus de 20 recruteurs bénévole est formée.

Au mois de novembre, la CFO obtient sa charte en vertu de la Loi sur les associations coopératives. Son existence légale devient officielle.

Une première assemblée générale des membres de la coopérative a lieu le 19 décembre. Un conseil d’administration est élu. Une centaine de membres ont déjà été recrutés.

1980

La première séance du premier conseil d’administration de la coopérative funéraire se tient en janvier. Dès le 27 février, le cap des 500 membres est atteint.

Même si l’idée d’une coopérative funéraire a germé à Gatineau, le conseil d’administration choisit d’installer ses locaux à Hull où la population âgée est plus nombreuse. Au mois d’août débutent des négociations pour la location de la moitié du presbytère de la paroisse Ste-Bernadette.

Le 7 septembre, une réunion a lieu avec des bailleurs de fonds pour finaliser le montage financier : une subvention de 36 000 $ du gouvernement québécois (Opération solidarité économique), un prêt de 26 000 $ de la Société de développement économique et une marge de crédit de 25 000 $ de la Caisse populaire St-Joseph de Hull.

1981

En juin, la Coopérative funéraire de l’Outaouais devient officiellement locataire du 11, Ste-Bernadette. L’objectif de 2000 membres est atteint.

Le 14 septembre, la Coopérative recrute son premier thanatopracteur, Claude Gascon, et le premier salon funéraire de la CFO ouvre ses portes au public.

Le 18 septembre a lieu l’ouverture « officielle » en présence de l’évêque de Hull, Mgr Adolphe Proulx, et du maire Michel Légère. Environ 300 personnes sont rassemblées pour l’occasion devant la coopérative funéraire, rue Ste-Bernadette.

1982

Dès juillet 1982, la CFO fournit de l’aide à la Coopérative funéraire du Nord, à Chénéville, la plus ancienne coopérative funéraire de l’Outaouais.

Les fondateurs de la coopérative voulaient ouvrir des locaux à Gatineau le plus rapidement possible. Dès le 23 août 1982, le conseil d’administration accepte de louer pour trois ans le 200 du chemin de la Savane, dans le secteur Pointe-Gatineau.

1983

La Coopérative funéraire de l’Outaouais enregistre pour la première fois un trop-perçu de 1952 $. Elle est devenue rentable après seulement trois ans d’exploitation.

1984

À la fin de 1984, la CFO compte des installations à Hull et à Gatineau ainsi qu’un salon satellite à Saint-Pierre-de-Wakefield qu’elle louera jusqu’en 1987.

1988

La coopérative ne renouvelle pas le bail du 200, chemin de la Savane et aménage ses installations de Gatineau dans de nouveaux locaux au 664, boulevard Maloney Est.

1992

À la fin du mandat du directeur général Bernard Laverdure, la CFO compte plus de 4600 membres. Elle traite durant l’année 277 décès et conclut une centaine d’arrangements préalables.

La Coopérative est à la croisée des chemins. Le contexte l’amènera à prendre des décisions qui vont lui permettre de se hisser au premier rang des maisons funéraires de l’Outaouais.

1993

La Coopérative funéraire de l’Outaouais est l’un des principaux artisans de la relance de la Fédération des coopératives funéraires du Québec (FCFQ).

En novembre, une assemblée générale extraordinaire de la CFO entérine la fusion avec la Coopérative funéraire du nord, à Chénéville. La fusion deviendra officielle en janvier 1995.

1994-1995

La société américaine Service Corporation International (SCI) acquiert la Maison funéraire Beauchamp (1994) et la Maison funéraire Gauvreau (1995). Pour contrer l’arrivée des Américains et augmenter sa part de marché, la CFO décide de moderniser ses installations.

Une situation de conflit existe entre les Jardins du Souvenir et les salons funéraires.

En novembre 1995, la CFO annonce la création d’un nouveau complexe funéraire sur le boulevard de La Vérendrye, à Gatineau. « La formule coopérative peut répondre à l’invasion américaine », promet la directrice générale Francine Bélec.

La Coopérative cherche aussi à relocaliser ses installations du secteur Hull.

1996

Le 15 juin, le nouveau complexe multifonctionnel au 1369, boulevard de La Vérendrye, à Gatineau, ouvre ses portes. Environ 300 personnes profitent de l’inauguration pour visiter les lieux et les commentaires sont fort élogieux. C’est le plus beau complexe funéraire de l’Outaouais.

Le complexe comprend des bureaux, deux salons, une salle cérémoniale, une salle de réception, un salon privé pour la famille, deux salles de repos, un columbarium, une salle d’exposition pour cercueils et urnes, un vaste laboratoire pour la thanatopraxie et un garage pouvant abriter au moins six véhicules.

La Coopérative funéraire de l’Outaouais reçoit deux méritas de la FCFQ : Coopérative funéraire de l’année au Québec, toutes catégories confondues, et Coopérative de l’année dans la catégorie Développement économique

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses de la Coopérative funéraire de l’Outaouais est formé.

1998

La Coopérative signe une entente de partenariat avec les Jardins du Souvenir. En contrepartie du terrain adjacent au cimetière St-Rédempteur, la Coopérative funéraire de l’Outaouais garantit aux Jardins du Souvenir l’exclusivité de ses crémations pour les 20 prochaines années.

Une première convention collective est signée entre la coopérative et le syndicat des employés.

1999

La Coopérative funéraire fait l’acquisition de l’entreprise funéraire J. Hubert Villeneuve, qui exploite des maisons funéraires à Thurso et Ripon. La CFO peut ainsi mieux servir la population de la Petite-Nation, notamment les membres de l’ancienne Coopérative funéraire du Nord.

La CFO acquiert certains éléments d’actifs de la Maison funéraire Laviolette et Robinson qui avait fait faillite, et prend en charge tous les arrangements préalables, même ceux pour lesquels tout l’argent n’avait pas été déposé en fidéicommis.

La Coopérative funéraire développe et implante un système informatisé de gestion des dossiers.

La CFO reçoit deux méritas de la FCFQ, qui tient son congrès à Hull en 1999 : Coopérative funéraire de l’année au Québec dans les catégories Développement de l’entreprise coopérative, et Intercoopération et implication dans le milieu

2000

Le 13 octobre, la CFO inaugure son deuxième complexe funéraire multifonctionnel au 95, boulevard de la Cité-des-Jeunes, à Hull, et ferme son tout premier salon funéraire de la rue Ste-Bernadette.

L’architecture novatrice du nouveau complexe s’éloigne de la maison funéraire traditionnelle. Grâce à des puits de lumière, les espaces communs agrémentés d’un jardin laissent entrer à profusion la lumière naturelle.

Le bâtiment comprend les bureaux administratifs de la CFO, deux salons avec petit salon privé pour la famille, une salle cérémoniale pouvant accueillir 250 personnes, une salle de réception, deux salles de repos et un columbarium visible nuit et jour de l’extérieur.

La Coopérative profite de cette inauguration pour célébrer son 20e anniversaire.

2000

De décembre 2000 à janvier 2001, un conflit de travail mène à un lock-out de 42 jours.

2002

Le conseil d’administration met en place un comité paritaire dans le but de régler les irritants entre les syndiqués et la direction de la Coopérative.

La CFO est la première coopérative funéraire au Canada en nombre de décès traités (712) et en termes d’actifs (9,5 millions $)

2003

En juillet, la Coopérative prend en charge les arrangements préalables conclus avant 1996 par les Jardins du Souvenir, date à laquelle ces derniers avaient accepté de ne plus concurrencer les autres maisons funéraires de l’Outaouais.

2004

La Coopérative funéraire de l’Outaouais fait son entrée sur Internet avec la conception et l’activation de son site Web www.cfo.coop.

Une émission télévisée sur l’historique de la coopérative est enregistrée.

2005

La CFO est nommée coopérative funéraire de l’année au Québec.

2009

La CFO acquiert la Maison funéraire Gauvreau et Fils (Gatineau et Ste-Cécile de Masham) et la Maison Daniel Brunet (secteur Buckingham). Ces deux entreprises appartenaient antérieurement à la multinationale américaine SCI (Service Corporation International) depuis 1995 et 1999, respectivement.

2010

La coopérative funéraire se dote d’une politique de développement durable et prend, de façon permanente, un grand virage écologique.

2012

La Coopérative funéraire ouvre un point de service à Saint-André-Avellin.

La CFO procède à l’achat d’un four crématoire.

2013

La Coopérative déménage ses installations de Buckingham dans de nouveaux locaux au 116 Maclaren Est, tout près de l’église St-Grégoire-de-Nazianze.

2013

Un projet d’agrandissement du columbarium dans le secteur Hull est lancé en 2013.

2016

La CFO acquiert la dernière maison funéraire privée de Gatineau, la maison funéraire Serge Legault, dans le secteur Hull.

La coopérative dépasse le cap des 20 000 membres (20 742 à la fin de l’année).

2017

Le portefeuille d’arrangements préalables de la coopérative funéraire dépasse le cap des 20 millions $ (21 515 982 $ à la fin de 2017) !

La Coopérative aménage et inaugure une nouvelle maison funéraire ultra-moderne à Saint-André-Avellin, au 526, rue Patrice.

La CFO aménage et inaugure aussi une nouvelle maison funéraire à Thurso, au 336, rue Victoria.

Un nouveau système de son à la fine pointe est installé à la maison funéraire du secteur Hull.

La Coopérative réalise une série de capsules d’information sur la coopérative. Ces balados (podcasts) sont dans l’onglet Votre coopérative/capsules audio en page d’accueil du site Web www.cfo.coop.

La CFO lance son service d’assistance INFOjuridic pour ses membres. Ce service connaît beaucoup de succès.

La CFO abrite sa flotte automobile dans un nouveau garage situé non loin de la succursale La Vérendrye.

2018

La Coopérative procède à la fermeture de la maison funéraire à La Pêche (secteur Ste-Cécile de Masham). Des ententes ont été conclues avec divers organismes du milieu pour continuer d’offrir le service aux membres.

La CFO annonce la fermeture de la maison funéraire au 750, boulevard Maloney Est et le début d’un ambitieux projet de reconstruction au même endroit.