Portes ouvertes le 22 octobre 2017

Décès hors région

Lorsqu'une personne domiciliée au Québec décède à l'extérieur du pays, les autorités locales avisent, généralement, le consulat du Canada. Celui-ci communique le décès au Ministère des Affaires Étrangères et du Commerce International qui se chargent de dépêcher deux policiers pour apprendre la nouvelle du décès à la famille. La personne qui accompagnait le défunt, peut également aviser la mission canadienne.

Il est important de contacter la compagnie d'assurance voyage du défunt, s'il y a lieu, ainsi qu'un directeur de funérailles, afin de rapatrier le corps. Si la famille apprend le décès en premier, elle doit informer le ministère le plus rapidement possible (numéro d'urgence jour et nuit) et transmettre les instructions concernant la dépouille.

La famille doit décider : embaumement ou incinération sur place. L'incinération est la solution la moins coûteuse (rapatriement des cendres 3 000 $ à 5 000 $). Le rapatriement d'un corps représente des frais beaucoup plus élevé, selon le pays ou la personne est décédée.

Normes

Le coût du rapatriement d'un corps peut varier grandement en fonction de certaines conditions comme:

  • Transport
  • Frais d’embaumement (les normes internationales interdisent de transporter un corps non embaumé)
  • Contenant scellé (afin d’éviter tout danger de contamination)
  • Achat d’un cercueil rendu au Québec

La déclaration de décès

Toutes les démarches complétées, le corps sera acheminé au directeur de funérailles désigné, qui en disposera selon les volontés de la famille. Une déclaration de décès pourra être remplie et envoyée au bureau du Directeur de l'état civil accompagnée de l'original du certificat de décès, ou le décès est survenu.

Les effets personnels du défunt seront rapatriés et remis aux proches. Le liquidateur aura à régler la succession à l'étranger, si par exemple, une auto a été louée.

Les autorités locales du pays peuvent décider de procéder à une enquête judiciaire, si le décès est survenu dans des circonstances particulières (meurtre...)

Références

QUÉBEC, LE CURATEUR PUBLIC, Bien planifier votre succession, 2e édition, Collection Protégez-vous,Québec. Office de la protection du consommateur, 4e trimestre 2000, Bibliothèque nationale du Québec, Bibliothèque nationale du Canada.