Traces de toi

Le vent d’hier qui s’est levé
Et qui sur ta vie a soufflé
Pour t’envoyer jusqu’à trépas
Si loin de moi

Ce vent du Nord au cœur glacé
Forgé d’insensibilité
Tel un voleur s’est emparé
De ton odeur

De ses grands bras il s’est chargé
D’en prendre plus que pas assez
Emportant le goût du bonheur
Brisant mon coeur

Il ne sait rien du désarroi
Du bruit des pas qui ne sont plus là
Le vent pressé de s’en aller
N’écoute pas

S’il entendait larmes tombées
S’il regardait vie démembrée
Peut-être un jour en aurait-il
Souffle coupé

Mais puisque le vent est passé
Je marche en moi pour retrouver
Traces de toi bien protégées
Pour m’envelopper

Traces de toi pour m’imprégner… et continuer

Maryse Dubé

Classé dans : Textes de chagrin Publié par : Fédération des coopératives funéraires du Québec

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.