Prévoir des funérailles : un exercice familial

Quand arrive le moment de planifier des funérailles, il se peut qu'on se sente désemparé devant la multitude de décisions à prendre. On se questionne sur ce qu'on veut vivre et faire vivre à son entourage et on espère que nos choix sauront apporter le soutien dont on a besoin. Certaines décisions engendrent des frais supplémentaires, d'autres impliquent des dispositions qui peuvent créer de l'inconfort, voire de l'opposition. En parler approfondira votre réflexion, amènera un éclairage sur les motifs de vos choix et permettra de dégager l'essentiel de l'accessoire. Comme il n'y a pas de deuxième chance possible dans ce genre d'événement, il est avantageux de prendre le temps de regarder en famille ce qui correspond le mieux aux besoins exprimés.

Pour vous guider dans votre réflexion, voici un aperçu des aspects que vous aurez à aborder quand viendra le moment de planifier des funérailles.

L'inhumation (enterrement) : L'inhumation du corps demeure le choix de plusieurs. Le fait d'avoir la possibilité de se recueillir sur la tombe de l'être cher est un aspect important pour certains. Choisir la pierre tombale et y faire graver une épitaphe sont aussi des gestes qui permettent d'exprimer son attachement au défunt et de témoigner de son passage sur terre. Toutefois, assister à la mise en terre du corps est une étape difficile où l'expression des émotions est souvent à son comble. Pour cette raison, il arrive qu'on préfère ne pas être présents au cimentière lors de l'inhumation. Bien que cette étape soit exigeante, elle offre la possibilité d'accompagner l'être cher à sa dernière demeure.

La crémation (incinération) : Il est bon de savoir que la crémation amène à se pencher sur le devenir des cendres. Plusieurs possibilités sont offertes : les inhumer, les placer dans un columbarium, les conserver à domicile, en diviser une partie dans des reliquaires (petites urnes) afin de les distribuer aux membres de la famille ou encore les disperser. La crémation peut se faire avant ou après les funérailles, selon que funérailles ont lieu en présence du corps ou de l'urne. Dans un cas comme dans l'autre, il arrive que la disposition des cendres se fasse un certain temps après les funérailles. Il n'est pas conseillé à la famille endeuillée d'assister à la crémation. Par contre, lorsque vient le moment d'inhumer les cendres ou de les mettre en niche au columbarium, la famille est invitée à une petite cérémonie pour l'occasion.

Les funérailles à l'église : Malgré le retrait graduel des pratiques spirituelles attachées à la religion catholique, bon nombre de personnes souhaitent que leurs funérailles se déroulent à l'église de leur paroisse. La célébration avec eucharistie est une messe suivie d'une communion. La messe comprend une homélie qui invite à faire un lien entre la Parole de Dieu et la vie du défunt. Les funérailles catholiques ont pour but de confier à Dieu celui qui nous a quittés et de renouveler notre foi en la résurrection. Généralement, des chants et de la musique s'ajoutent à la cérémonie.

La cérémonie à la chapelle : De plus en plus de coopératives ont une chapelle ou un lieu de recueillement intégré à leurs locaux. L'initiative a été prise afin de répondre aux demandes de ceux qui ne veulent pas de cérémonie à l'église ou qui préfèrent simplement limiter leurs déplacements et voir l'ensemble des funérailles se dérouler au même endroit. La chapelle permet une cérémonie avec ou sans laïc pour la célébration. Il est possible d'intégrer des chants ou de la musique.

Le cercueil ou l'urne : Comme c'est un domaine en évolution, il est parfois surprenant de constater la diversité de ce qu'on retrouve sur le marché actuellement. Plusieurs choix sont offerts avec des prix pour toutes les bourses. Même si certaines personnes ont déjà une bonne idée ce qu'elles veulent, il est bon de vérifier la gamme des produits disponibles avant de prendre une décision. Notez que certaines coopératives offrent la possibilité de louer un cercueil pour ceux qui veulent être exposés, mais qui optent pour la crémation comme mode de disposition du corps. Cette pratique permet de limiter les frais.

L'exposition du corps ou de l'urne : Les coopératives funéraires offrent des salles adaptées pour se recueillir en présence du corps ou de l'urne. On y trouve une atmosphère d'intimité et d'accueil favorable aux rencontres et qui facilite l'expression des émotions inhérentes à la perte d'un être cher. Il est certes douloureux pour les proches de traverser cette étape bouleversante, mais elle est importante, car elle permet aux endeuillés de raffermir les liens autour du défunt et de recevoir l'appui bienveillant des proches. Plusieurs rituels bénéfiques à l'évolution du deuil sont rattachés à l'exposition du corps ou de l'urne.

La thanatopraxie (embaumement) : Lorsqu'il y a exposition du corps, la loi oblige l'embaumement. C'est le thanatopracteur de la coopérative qui assume cette intervention avec tout le professionnalisme et le respect qui se doit. À partir d'une photo récente, il met tout son talent à l'œuvre pour que les endeuillés puissent « retrouver » l'être cher, le temps d'un dernier adieu.

Le corbillard et le véhicule pour la famille : Pour ceux qui désirent se rendre du salon funéraire à l'église, et de l'église au cimetière, un corbillard est à prévoir pour le défunt. De plus, certaines familles préfèrent être ensemble dans le même véhicule pour effectuer ce trajet et opteront pour une voiture à cet effet. Le cortège est un rituel qui illustre le dernier passage physique du défunt entouré de ses proches sur la place publique. En certaines circonstances, il est possible de demander que le cortège passe devant la résidence du défunt ou tout autre endroit significatif.

Les porteurs : Quand il s'agit de funérailles d'un être cher, certaines familles désirent poser des gestes concrets pour témoigner leur affection au défunt. Par exemple, on voit parfois les enfants porter le cercueil de leur mère ou de leur père décédé. Néanmoins, il faut être six personnes pour porter un cercueil et l'exercice demande une force physique que tous n'ont pas. C'est pourquoi il est toujours possible de faire appel aux porteurs de la coopérative funéraire pour en assumer la prise en charge partielle ou totale. Lorsque l'ensemble des funérailles se déroule au même endroit, le cercueil se déplace simplement sur un chariot roulant. La famille peut alors plus facilement « accompagner » le défunt en amenant le cercueil de la salle d'exposition à la chapelle.

L'avis de décès : De nos jours, l'annonce de la mort se fait par les avis de décès diffusés par les journaux, les postes de télévision communautaire ou Internet. Outre leur dimension informative, les avis de décès témoignent d'une forme de solidarité sociale. Une photo récente (originale) est demandée. La coopérative funéraire offre son soutien pour la composition du texte.

Les fleurs et les dons : Malgré le fait que de plus en plus de gens demandent d'envoyer des dons à une fondation ou à un organisme de charité, il est coutume que la famille endeuillée offre des fleurs à l'être cher. Le coussin de fleurs est une forme d'offrande réservée à la famille immédiate et suit le défunt tout au long des funérailles. Au terme du dernier adieu, une fleur de ce coussin peut être offerte à chaque membre de la famille en guise de souvenir. Toute autre façon d'offrir des fleurs est aussi de mise, par exemple le dépôt de fleurs dans le cercueil, sur le cercueil, dans un vase près de l'urne, au cimetière. L'absence totale de fleurs ou de plantes vertes lors des funérailles peut accentuer l'austérité des lieux et donner une impression de vide autour du défunt.

La réception après le dernier adieu : Beaucoup de gens ignorent la véritable portée du repas funéraire et n'y perçoivent qu'une occasion de frais supplémentaires. Néanmoins, ce repas fait généralement partie intégrante des funérailles. Il permet aux gens de se retrouver dans une atmosphère plus conviviale et leur offre la possibilité d'échanger des souvenirs concernant le défunt tout en recevant du soutien. De plus, partager un « petit quelque chose » ou un festin rassemble l'énergie collective afin d'affronter les jours difficiles qui suivront.

D'autres aspects à aborder lors de la planification des funérailles :

  • le choix des textes, des prières ;
  • la musique ;
  • les photos ;
  • les vêtements que portera le défunt ;
  • la façon dont on choisira de personnaliser les funérailles :
    • signets souvenirs
    • cierge avec photos
    • rituels significatifs
  • les cartes de remerciements.

Prévoir des funérailles est un exercice à faire en famille. C'est la meilleure façon de trouver ce qui est signifiant pour l'ensemble. Le soutien des professionnels de votre coopérative funéraire s'avérera aussi fort utile. N'hésitez pas à les consulter; ils possèdent une expertise qui favorise l'adoption de choix éclairés.

Classé dans : La mort et les rituels funéraires Publié par : Fédération des coopératives funéraires du Québec

Commentaires (4)

Bonjour ou peut-on trouver le dépôt de mes volontés

Groulx, 5 mars 2014

Le réseau des coopératives funéraires a produit un document qui s’appelle "À ma postérité" et qui vise à inscrire ses volontés funéraires. Une fois ce document rempli, vous avez le choix de le conserver dans vos dossiers ou d’en transmettre une copie à votre coopérative funéraire. Vous pouvez vérifier la disponibilité de ce document auprès de la coopérative funéraire de votre région.

France Denis (FCFQ), 7 mars 2014

Comment fait-on quand certains membres d'une famille sont dans l'impossibilité de payer le voyage pour se rendre aux funérailles ?

B.P., 4 juin 2017

Bonjour, Certaines entreprises offrent la possibilité d'assister aux funérailles via le web. Sinon, vous pouvez utiliser des outils comme Skype ou Facetime. De cette façon, un lien sera fait entre tous les membres d'une même famille

Équipe FCFQ, 8 juin 2017

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.