Le métier de thanatologue

On a parfois tendance à associer thanatologie et morbidité. Ce métier, de l'extérieur, tantôt rebute, tantôt intrigue. C'est en fait l'imagerie populaire qui véhicule ces clichés mettant en scène des hommes lugubres portant un chapeau noir et une cape étriquée. Parce que l'image mythique du croque-mort est bien loin de la réalité ! Les hommes et les femmes qui œuvrent en thanatologie sont loin d'être uniquement des embaumeurs.

Le thanatologue joue aussi un rôle social. La relation d'aide est en effet un élément important dans son travail. Dans notre société, où tout va si vite, on a parfois le réflexe de gommer les émotions, de passer outre la détresse. Lors des épreuves entourant la perte d'un être cher, il est pourtant très important de vivre sa peine jusqu'au bout. Dans bien des cas, le thanatologue est là pour donner de l'information et pour écouter; son rôle est d'aider les proches à vivre sainement leur deuil.

Donner beauté et dignité au corps du défunt

Le travail d'embaumement a pour but de conserver le corps de la personne décédée le plus fidèlement possible. À l'intérieur des rites funéraires, cette opération redonne la dignité au défunt et offre à la famille et aux proches la possibilité de voir le corps de l'être aimé une dernière fois.

Après avoir pris connaissance des causes du décès, le thanatologue sera en mesure de déterminer le travail à effectuer sur le corps. Ce travail d'embaumement sera plus ou moins long, selon les cas.

La première étape de l'embaumement, la thanatopraxie, consiste à arrêter la dégradation du corps en injectant dans les tissus des fluides préservateurs. On aura ensuite recours, au besoin, à des produits pour redonner une apparence de souplesse à la peau ou encore à de la cire pour remodeler le visage. Les corps des personnes mortes des suites d'une longue maladie ou d'un accident violent nécessitent un travail plus long et plus délicat.

On prodigue ensuite à la personne décédée certains soins esthétiques. Un maquillage est d'abord appliqué sur la peau du défunt. Différent du maquillage usuel, il s'agit de crèmes hydratantes colorées sans lesquelles la peau se dessécherait. Finalement, on coiffe la personne décédée et l'on procède à la mise en cercueil. Le défunt est maintenant prêt pour sa dernière rencontre avec les siens.

Peinture : Enrique Simonet
Publié dans la revue Profil - automne 2001

Classé dans : La mort et les rituels funéraires Publié par : Fédération des coopératives funéraires du Québec

Commentaires (2)

bonjour, mon nom est Patricia Forget et je suis étudiante et j'ai quasiment fini mon école et j'ai trouver se métier et il m’intéresse mais je me demande ou aqller pour me rendre la . Devrais-je faire des science fortes ou faire un DEP en tanathologie ? Je suis tres confuse ... aider moi sa arrive vite

patricia forget , 14 mars 2014

Bonjour Patricia,
Le seul endroit où se donne ce cours est le Collège Rosemont à Montréal. Tous les renseignements sont ici : http://www.crosemont.qc.ca/admission-programmes/formations-techniques/thanatologie.
Bonne chance !

Michel Leclerc (responsable Web - FCFQ), 14 mars 2014

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.