Qu'est-ce qu'une voûte ?

Une voûte désigne généralement un ouvrage architectural en arc destiné à supporter un plafond ou encore un passage surélevé. Ce concept d'ingénierie utilisé depuis des millénaires a d'ailleurs permis d'ériger des constructions colossales, qu'il s'agisse des aqueducs romains ou des cathédrales au Moyen-Âge.

Dans le contexte funéraire, le concept de la voûte a été utilisé il y a plus de 3000 ans pour créer des tombes à coupoles – bâtiments destinés à protéger une sépulture – qui étaient ensuite enfouis. Le poids de la terre recouvrant la construction servait à stabiliser la coupole.

Aujourd'hui, une voûte désigne un contenant protecteur dans lequel le cercueil est inséré ou déposé, puis mis en terre. La voûte sert à protéger le cercueil et évite parfois l'affaissement du terrain lorsque le cercueil cède sous le poids de la terre quelques années après l'inhumation. Les voûtes sont parfois fabriquées de métal, de ciment ou de plastique, et le cercueil peut y être déposé ou inséré par l'une des extrémités. Quelques cimetières exigent d'ailleurs le recours à une voûte pour l'inhumation dans leurs concessions de sépulture. Depuis quelques années, des voûtes sont également disponibles pour les urnes destinées à être mises en terre et présentent les mêmes caractéristiques, avec des dimensions adaptées.

Note : L'utilisation d'une voûte nécessite le creusage d'une fosse plus grande; il est donc important de se renseigner si son utilisation est permise (selon les dimensions du terrain de la concession) et d'aviser le cimetière avant que le fossoyeur ne procède au creusage.

Synonymes : Fausse-tombe, double de cercueil.

Mots apparentés : Cercueil, tombe, caveau, mausolée.

Classé dans : Questions pratiques Publié par : Fédération des coopératives funéraires du Québec

Commentaires (3)

Cela me fait penser à un sarcophage ou à un caveau amovible. C'est étonnant, est ce que cela se fait encore ? Dans mon pays (la France) nous n'utilisons pas de tels équipements par contre nous faisons beaucoup de plaques funéraires.

Renaud, 1 septembre 2017

Bonjour,
Il s’agit d’une pratique relativement rare aujourd’hui, qui est généralement observée à l’initiative d’une famille qui souhaite que le corps mis en terre demeure intact le plus longtemps possible (famille qui aurait probablement plutôt choisi un enfeu ou une crypte, si l’option avait été disponible dans leur région), ou encore à l’initiative de cimetières qui veulent éviter d’avoir à gérer l’affaissement de la surface d’un lot extérieur, quelques années après l’inhumation.
À l’inverse, de plus en plus de cimetières, qui souhaitent offrir des durées de concession de sépulture de plus en plus courtes, vont plutôt les interdire pour que la dégradation naturelle du corps et du cercueil ne soient pas ralenti, afin que les restes à gérer à la fin de la durée de la concession (si elle n’est pas renouvelée) soient réduits à leur minimum (généralement enfouis plus creux ou dans une fosse commune à l’expiration de la durée de la concession), lorsque la sépulture est remise en disponibilité pour un autre corps.

David Emond (DG Coopérative Funéraire Deux-Rives), 26 septembre 2017

Je trouve très intéressante cette nouvelle façon de faire. Aussi, je vais m'informerai mon cimetière le permet.
Je trouve très intéressante cette possibilité et je vais m'informer à mon cimetière.
J'espère qu'à la réunion annuelle ce samedi, il en sera question ainsi que question de prix et tout autre infos connexes.

MONIQUE D'AOUST NAGY, 19 novembre 2017

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.