Défis des coopératives au XXIe siècle

Les coopératives et les mutuelles existent pour rendre service à leurs membres et sont présentes dans nos vies du berceau au tombeau, nous dit l'adage. À preuve, des centres de la petite enfance coopératifs, des écoles primaires et secondaires coopératives, des coopératives en milieu scolaire, des coopératives agricoles, forestières et alimentaires, des coopératives de services financiers, des mutuelles d'assurance, des coopératives d'habitation, des coopératives de santé, de services à domicile et de paramédics, et, bien entendu, des coopératives funéraires font partie de notre quotidien. Et la liste est encore longue!

Toutes ces organisations partagent des valeurs communes, valeurs qui tournent autour d'une idée, celle de mettre la personne au cœur d'un projet entrepreneurial qui vise à répondre du mieux possible à ses besoins et aspirations. Le projet coopératif l'a démontré : il est résilient, il s'adapte et il redistribue la richesse à ceux qui la créent. Malgré cet objectif noble empreint d'humanité, les défis sont multiples. Ils sont technologiques, managériaux, économiques, mais principalement éducatifs.

Anticiper l'avenir

Une entreprise, coopérative ou non, doit s'approprier les outils technologiques et, surtout, anticiper l'avenir à travers ces outils. Les changements se font rapidement. En quelques années, les commodités les plus valorisées, comme le pétrole et l'énergie, ont été remplacées par les données et les services de toutes sortes. Ainsi, les réseaux sociaux, la robotique, l'intelligence artificielle ou encore la cybersécurité influeront sur nos priorités et nos pratiques en tant qu'organisation dans un avenir peut-être plus rapproché qu'on ne le croit. Ces changements viendront aussi modifier notre manière d'interagir avec nos membres et nos clients.

Dans ce contexte, la gestion des personnes et la relation avec nos membres devront être adaptées. L'emploi se voit transformé par l'arrivée de ces technologies, soit parce qu'il est facilité, soit parce qu'il n'est plus nécessaire. De la même façon, la relation de personne à personne sera sans doute modifiée. Comment se fera le service? Par téléphone? Par les médias sociaux? En ligne? Ces questions se posent et se poseront de plus en plus. Ajoutons à ce portrait la diversité croissante de la population... les coopératives devront réagir! À l'heure où la diversité culturelle se fait de plus en plus grande, l'inclusion, qui caractérise les coopératives depuis toujours, nous interpelle.

Sur le plan économique, les coopératives font face, comme toute entreprise, au défi de l'innovation continue. Les produits, la façon de les livrer ou de s'approvisionner sont appelés à être renouvelés, le tout à des prix toujours plus bas. Que faire? À ce stade de la réflexion, la question qui surgit touche l'avantage coopératif. Comment faire valoir les produits et services des coopératives et des mutuelles comme des produits et services qu'on se donne entre nous, coopérateurs et coopératrices? Comment mettre en valeur l'établissement de relations coopératives à long terme pour nos membres et par nos membres? Comment la démocratie de nos organisations coopératives peut-elle répondre à ces défis?

Viser la pérennité

Le fait que les coopératives visent la pérennité, et non le court terme, donne espoir. En principe, les entreprises coopératives travaillent à répondre à des besoins, non à les créer. Ainsi, des réflexions avec nos conseils d'administration, nos membres et nos employés offrent une voie d'amorce pour débroussailler cet univers complexe. La clé pour y ouvrir le chemin? L'éducation à la coopération.

Depuis les débuts, les coopérateurs et coopératrices ont établi l'éducation comme principe fondateur, comme voie de transformation sociale permettant de susciter la créativité, la prise de décision éthique et la responsabilisation des membres et des employés. Bref, de prendre des décisions éclairées en s'appuyant sur l'intelligence de nos gens!

Nos leaders coopératifs doivent donc stimuler le débat, présenter les défis et responsabiliser les administrateurs, les membres ainsi que les directeurs généraux pour que le projet coopératif prenne tout son sens dans ce monde globalisé où la technologie semble une voie inévitable.
Les coopératives ont su s'adapter depuis près de 175 ans. Elles sauront nous surprendre à nouveau!

Texte : Claude-André Guillotte, directeur de l’Institut de recherche et d’éducation pour les coopératives et les mutuelles de l’Université de Sherbrooke (IRECUS).
Image : Pixabay
Publié dans la revue Profil - automne 2017

Classé dans : Entraide et coopération Publié par : Fédération des coopératives funéraires du Québec

Commentaires (0)

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.