Choisir de côtoyer la mort

J'ai choisi comme travail d'accompagner des mourants qui souhaitent terminer leurs jours à la maison. La plupart des gens que je croise sur ma route me demandent pourquoi. Pourquoi œuvrer dans cette sphère d'activité chargée d'émotions de toutes sortes ? La réponse est bien simple en fait : j'aime l'être humain. Je crois que chaque personne possède ses richesses intérieures propres, ce qui en fait une personne unique. Cette rareté invite d'autant plus à « prendre soin », à chérir et à exprimer de la gratitude pour avoir le bonheur de cette proximité avec l'autre... du cadeau de sa vie.

Chaque personne que j'accompagne et chaque famille qui entoure ce malade m'enrichit de cette unicité. Et même lorsqu'il y a des situations plus difficiles, je ressors toujours grandie de ces expériences, car accompagner des mourants, c'est un exercice quotidien de cheminement personnel, de questionnement, de prise de conscience sur le sens même de ma propre existence.

Il faut dire que les émotions que je ressens à leur contact sont très différentes de ce qu'éprouvent la plupart des gens à la perte d'un des leurs. Bien que j'aie développé des liens avec le malade, je ne partage pas avec ce dernier le même attachement émotif que celui de ses proches et qui rend leur deuil si difficile.

La mort fait partie de la vie, nous le savons tous intellectuellement... mais peu de gens acceptent cette idée que la vie a une fin. La réalité toutefois, c'est que la mort nous attend tous à notre heure et cela sans exception. Nous verrons des gens mourir autour de nous, nous perdrons des proches et notre propre vie se terminera elle aussi, la vie poursuivant sa route pour ceux et celles dont l'heure n'est pas encore arrivée.

Un tabou qui persiste

Je suis toujours surprise de constater que bien que la notion de finitude fasse partie intégrante de notre parcours ici bas, la mort continue encore d'être un sujet tabou ; peu de gens osent échanger sur le sujet ou aborder franchement la question. On a tendance à ne voir dans la mort que les aspects négatifs. Je vois les choses différemment. Oui il y des aspects difficiles : la déchéance physique, la dépendance, la souffrance... Mais il faut admettre que ces bouleversements font aussi partie de l'expérience, de cette étape finale de la vie.

La tristesse sera toujours présente lorsqu'un proche quittera cette vie, mais cela fait également partie de l'expérience. Je reconnais que la vie est une suite de pertes et de lâcher-prise, mais que c'est également ce qui lui donne toute sa saveur. Je conçois que s'attacher et créer des liens veut aussi dire risquer de perdre, mais mieux vaut avoir connu et perdu que de ne pas avoir goûté à tous ces bonheurs. Prendre conscience que cette réalité se produira un jour ou même demain, devrait en fait nous amener à vivre davantage dans l'instant présent et à chérir ce que nous avons aujourd'hui.

Apprendre qu'une personne chère se prépare à franchir cette étape finale permet, pour un moment, d'arrêter quelque peu le tourbillon de la vie pour se consacrer à l'essentiel : l'amour ou l'affection que nous portons à cette personne. Dommage toutefois que nous devions attendre un tel bouleversement pour réaliser à quel point la vie est fragile. Lorsqu'on tient les choses ou les gens pour acquis, on arrive à en oublier ce qui les rend aussi précieux à nos yeux.

Lorsque les patients que j'accompagne décèdent, je conserve précieusement dans mon coeur tous les petits bonheurs et les instants privilégiés que nous avons partagés et qui ont enrichi ma vie, peu importe le temps qui nous fut donné. Ce sont des moments que même la mort ne peut m'enlever, car ils resteront gravés dans ma mémoire comme d'inestimables présents.

Le plus beau cadeau que j'ai reçu en accompagnant, c'est étrangement de me sentir plus vivante encore et de chérir cette vie qui est mienne maintenant. Il peut paraître étrange de constater que ce sont les mourants qui enseignent à mieux vivre, mais difficile de ne pas se sentir interpellée par leur authenticité et leur lucidité face au bilan qu'ils font de leur parcours terrestre.

La mort se prépare

J'ai appris également une autre leçon très importante : la mort se prépare. Comment? Simplement en profitant du temps présent. Si je m'accomplis comme personne, si je développe mes forces, si je nourris mes passions, si je réalise mes rêves, si j'apprends de mes erreurs, si j'entretiens des rapports authentiques avec les gens que je croise sur ma route, si je sème l'amour partout sur mon passage... mourir ne pourra que se vivre différemment, comblée et heureuse d'avoir accompli ma mission de vie. Cette riche leçon d'une simplicité désarmante est devenue mon leitmotiv.

Mourir est notre destinée à chacun et celle-ci est inscrite depuis notre premier jour de vie sur terre. À cela on n'y peut rien. Mais on peut par contre choisir comment on voudra vivre cette vie et l'influence qu'elle aura sur celle d'autrui, à travers notre expérience. Modifier cette façon de regarder les choses pourrait changer notre vision de la dernière étape de notre parcours, mais plus encore du temps qui nous est donné de laisser notre trace en ce monde.

Une expérience à partager

Je me sens interpellée à briser des barrières en regard à cette réalité de la mort dans notre existence. Parce que j'ai le privilège d'accompagner, j'ai l'opportunité d'être confrontée à toutes ces questions dans mon quotidien.

Nous aurions tous intérêt comme mortel à ne pas fuir cette situation lorsqu'elle se présente sur notre route, mais plutôt à ouvrir cette porte vers l'inconnu, même si cela est difficile et exigeant. Pour l'avoir expérimentée à maintes reprises, je peux affirmer que malgré la tristesse, des cadeaux précieux nous sont offerts, modifiant considérablement notre vision de la vie par la suite.

Au même titre que la naissance, la mort fait partie d'une étape charnière et tout aussi sacrée de notre existence. Je suis convaincue que notre raison d'être ici bas c'est l'amour, mais aimer c'est également apprendre à se détacher, ce qui ne signifie pas oublier... car l'amour lui ne meurt jamais.

Par Hélène Giroux
www.findevie.jimdo.com
hegir@hotmail.com
Publié dans la revue Profil - automne 1999

Présentation de l'auteure

Afin d'honorer les valeurs d'humanité qui lui sont chères, Hélène Giroux se sent rapidement interpellée à œuvrer auprès des mourants, vocation qu'elle choisit dès la fin de sa formation de préposée aux bénéficiaires. Bénévole pendant 2 ans dans une maison de soins palliatifs, elle offre actuellement ses services, en privé ou en collaboration avec le CLSC, pour accompagner des gens se trouvant à la phase terminale de leur maladie. Elle se spécialise depuis 5 ans dans l'accompagnement à domicile.

Pour présenter son expérience, Hélène Giroux a publié un livre aux Éditons La Plume d'Oie qui s'intitule Le privilège d'accompagner... choisir de côtoyer la mort.

Hélène Giroux est membre de la Coopérative funéraire de l'Estrie.

Classé dans : La mort et les rituels funéraires Publié par : Fédération des coopératives funéraires du Québec

Commentaires (1)

Il y qu'un seul mot qui résume la grandeur de cette femme, c'est l'amour avec un grand ¨A¨. J'ai aimé ce texte et je l'ai partagé sur Facebook pour que grand nombre en prenne connaissance. Il y a des gens dans mon entourage qui vivent présentement cette situation et que ce texte va les réconforter.

GÉRARD SAVARD, 16 février 2014

Écrivez un commentaire

Veuillez cocher pour indiquer que vous n'êtes pas un robot.
Cette vérification permet d'éviter les courriels indésirables.